Les structures sociales partenaires du projet #ColoSolidaireEvasoleil

 

Le projet #ColoSolidaireEvasoleil nécessitait de trouver des enfants en situation d’extrême pauvreté à qui le séjour pourrait bénéficier.

Pour cela, nous avons pensé passer par des structures qui agissent auprès de ces publics à l’année. Nous devions avoir, dans ces structures partenaires, un contact fiable qui s’engage à nos côtés dans la préparation des enfants et des familles avant le séjour, et permette d’inscrire le projet dans une continuité d’actions.

 

Nos démarches pour trouver les partenaires sociaux

Première réunion des bénévoles du projet #ColoSolidaireEvasoleil

Nous avons contacté un certain nombre de partenaires, mais tous n’ont pas donné suite. Nous avions d’abord fait des recherches sur Internet ; certaines associations trouvées sur internet nous ont répondu, mais finalement aucun partenariat n’a abouti de cette manière. 
Cependant, certaines associations semblaient intéressées, mais nos besoins en réactivité et/ou la réalité complexe de l’organisation de ce type de projet n’ont pas permis de concrétiser ces partenariats cette année. Il s’agit par exemple de la maison Sainte-Bernadette (quartiers nord de Marseille) et de l’association Le Rocher de Nîmes.

Ensuite, nous nous sommes rapprochés d’Intermèdes Robinson qui est notre partenaire pour le projet financé par Lilo : la colo, enjeu de société

Nous avons concrétisé 3 partenariats que nous vous présentons ici.

Les différents échanges dans le temps

Les échanges se sont poursuivis par mail, mais également par téléphone. Les partenaires ont beaucoup cherché à connaître la teneur et la réalité du projet dans un premier temps, ainsi que l’investissement qui leur était demandé (temps, humain, financier, transports…). La demande d’une plaquette d’explication du séjour et d’animateurs participant à la colonie pouvant venir sur leur lieu de travail pour rassurer les familles et expliquer le séjour étaient aussi beaucoup dans les requêtes des partenaires.

Pour les partenaires sociaux, il s’agit surtout d’investir du temps. Le but de ces partenariats est de faire le lien entre les familles, les enfants et nous. Nous ne demandions aucune participation financière ni matérielle.

Nos demandes étaient basées surtout sur un engagement sûr de leur part et un nombre d’enfants qu’ils pouvaient être sûrs de faire partir (afin de pouvoir négocier les autres partenaires essentiels au projet : SNCF, assurance, etc.).

Qui sont nos partenaires sociaux ? 

Intermèdes Robinson

Intermèdes Robinson met en place des animations de rue, à but éducatif, culturel et social auprès des enfants et familles vivant en situation de précarité, particulièrement dans les quartiers, bidonvilles et hôtels dits “sociaux” du sud de l’Essonne. 

Nous leur avons demandé les contacts des associations faisant partie du réseau de pédagogie sociale dont ils sont une pièce centrale. Grâce à cette liste de contacts, nous avons sollicité des associations partout à travers la France. 

Plusieurs d’entre elles ont répondu positivement à nos attentes. Un partenariat a abouti rapidement avec 2 de ces associations.

Le centre social avait pour habitude d’organiser chaque année un séjour court dans un château mis à leur disposition.
Malheureusement, le château a été mis en vente cette année, rendant impossible l’organisation des séjours familles dans les mêmes conditions.
Nous leur avons donc proposé de leur réserver 7 places-enfants.

Pour les professionnels d’Intermèdes Robinson, #ColoSolidaireEvasoleil “permet à des enfants que nous connaissons particulièrement bien de faire, grâce à vous, l’expérience d’une aventure personnelle, collective et joyeuse.”
Côté appréhension, Laurent Ott, directeur du centre social : “Nous avons confiance et les enfants ont en général confiance dans ce qui arrive par notre intermédiaire.”

L’Acavale

L’ Acavale s’est engagée à accompagner le départ de 10 enfants de la région nantaise. Voici leur présentation écrite par leurs soins, en réponse à 4 questions que nous leur avons posées : Quels sont vos publics ? Comment votre association agit-elle pour ses publics ? Quels impacts attendez-vous de ce projet ? Quelles sont les appréhensions vis-à-vis de ce projet ?

“Notre association L’ ACAVALE, à Nantes, intervient auprès de tous les publics (de 1 à 99 ans), par la mise en place d’ateliers de rue en pied d’immeuble dans 2 quartiers populaires au sud de Nantes (3 ateliers par semaine). Notre association organise également des sorties éducatives en petits groupes dans l’agglomération, à destination des enfants (5-16 ans), et parfois des sorties familiales. Nous travaillons selon la méthodologie de la Pédagogie Sociale.

Ce projet peut permettre à des enfants en grande précarité d’avoir accès à des expériences de vacances en pleine nature qui leur sont rendues impossibles dues à leurs conditions sociales. Ce projet doit pouvoir leur permettre de découvrir, de s’émerveiller, et de voir de l’horizon. L’impact attendu serait de voir des enfants revenir avec l’envie et l’énergie de partager auprès d’autres et de revivre ce genre d’expériences en pleine nature.

Nos appréhensions sont liées à l’impossibilité de faire partir tous les enfants et familles qui le souhaiteraient. C’est donc de devoir faire des choix sur les enfants et les familles que nous solliciterons.”

L’association Tarnaise de Pédagogie Sociale

L’association Tarnaise de Pédagogie Sociale s’est engagée pour accompagner le départ de 3 enfants de la région toulousaine.

La parole à Antoine Nogaret, de l’Association Tarnaise de Pédagogie Sociale (ATPS) :

“Nos publics sont les familles fréquentant nos ateliers de rue sur les communes de Rabastens et de Couffouleux.

Nous mettons en place des ateliers de rue, des animations pendant les vacances scolaires (vacances en famille). Nous gérons un jardin solidaire avec le secours populaire.

Nous souhaitons permettre à des enfants fréquentant notre association de partir ensemble en vacances et vivre une expérience différente.

Nous n’avons pas vraiment d’appréhension concernant ce projet!!!!

Merci pour votre travail !”

Des perspectives pour les années à venir

Par la suite, l’association Mme Rutabaga nous a contacté pour faire partir des enfants de Grenoble. Nous avons dû refuser ce partenariat par manque de place mais espérons trouver un moyen de travailler avec eux dans un futur proche.

Les pages en lien avec le projet #ColoSolidaireEvasoleil

Publié le 3 février 2020 Par Evasoleil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *