Le film

Le film d’Evasoleil sort le 20 novembre prochain.
Il s’agit d’un documentaire filmé en immersion dans la colo à Montalivet, en août 2018.

A la suite d’un travail amorcé avec Jean-Marie Bataille, pédagogue, en 2017, le conseil d’administration travaille à raconter dans 3 articles ce qui constitue la pédagogie Evasoleil.
Pédagogie de la rencontre, du faire ensemble, de l’engagement, Evasoleil se distingue par son militantisme à sauver les colos, celles qui permettent de fabriquer un nouveau monde, plus mélangé, plus participatif, plus humain.
C’est la rencontre avec Olivier Pillot, cadreur et réalisateur, qui va donner au projet sa dimension artistique : Présenter une colo différente, imparfaite et jolie, de l’intérieur, sans commentaire ni interview.

 

Pourquoi ce film ?

Le film, à l’heure de l’écriture de cette page, n’a pas encore de titre. Olivier Pillot, réalisateur, attend d’avancer sur le montage pour trouver le titre idéal. Mais nous connaissons son sous-titre : La colo en jeu de société. 
C’est à la fois notre projet Lilo, un des 3 articles de notre puzzle pédagogique, et la question sociale des colonies de vacances aujourd’hui. La colo souffre, comme de nombreux secteurs sociaux, de la marchandisation de notre société. A quoi sert elle ? Est-elle rentable ? Combien d’activités pour combien de jours ? etc.

Quel sens ? Pourquoi la colonie de vacances ? Il nous semblait important d’agir dans ce champ social gravement malade, touché par le rouleau compresseur du capitalisme libéral aveugle, qui a progressivement fait glisser la colonie de vacances en un produit à vendre, séparant les publics, par les prix, destinations et surenchères d’activités, au lieu de les rassembler.

Evasoleil a 10 ans en 2018. 10 années à expérimenter, analyser des outils, fonctionnements, organisations permettant aux enfants de faire par eux mêmes, de décider sur les sujets qui les concernent. Assemblées, Vie de chambre, programmation par les enfants des activités… Le film montre tout, ce qui marche parfois et ce qui doit encore se travailler. Il montre les doutes, les satisfactions, des enfants, des adultes, à vivre une colo où les mixités sociales sont à l’honneur, et où l’enfant pense, crée, agit par lui-même.

Le mot d’Olivier, cadreur et réalisateur

texte recueilli le 01/10/2018, en plein montage du film

En tant que réalisateur, vous espérez qu’on vous commande un film pareil tous les jours. Alors bien entendu je n’ai pas hésité très longtemps quand Sylvain m’a appelé.
Au départ ses envies, bien qu’encore indéterminées, n’allait pas forcément dans le sens d’un film documentaire, de cinéma direct. J’ai cherché à le convaincre que, plutôt que de réaliser un film institutionnel sur l’association, autant se lancer dans l’aventure d’un film qui raconte par l’émotion. Mon envie était de réaliser un film sans voix off, sans interview, sans commentaire pour nous expliquer quoi voir. Mais un film avec des regards, des échanges, de la jeunesse, de la parole, de la réflexion… J’ai senti tout le potentiel dramatique de son aventure. J’avais une envie folle de la filmer et il m’a donné son feu vert. Merci Sylvain.

Cela faisait 8 ans que je n’avais pas filmé la jeunesse. En huit ans, on pense que tout change. Du moins, le principal quand on réalise un documentaire ; le rapport à l’image. Quel comportement allait avoir ces jeunes gens, dont je ne fais définitivement plus parti, face à une caméra qu’ils ont tous dans leur poche. Face à un réalisateur qu’ils sont tous ?

Nous sommes actuellement au milieu de la vingtaine d’heure de rushs, en plein montage. C’est peut-être parce qu’ils étaient avant tout concentré sur leur projet mais les jeunes ne regardaient jamais la caméra ou si peu. Je n’ai pas eu besoin de me cacher pour que les jeunes m’oublient ou, mieux encore, m’acceptent. Les images sonnent justes, le parler est vrai. Aucun mot n’est pour la caméra. Quand les choses se passent aussi bien, quand on m’ouvre les portes des assemblées, des réunions de direction et même des vies de chambre le plaisir pris est énorme à filmer puis à monter jusqu’au bout de la nuit pour raconter ce séjour.
Au montage il faut éviter le catalogue à la Prévert de scènes marrantes, belles ou intéressantes. Mais plutôt essayer de créer du sens. Avec Laura, qui co-réalise avec moi ce projet, nous essayons donc de fuir l’objectivité, qui n’existe pas quand on tient un pinceau, un violon ou une caméra. A partir de ces images nous racontons une histoire. Avec des personnages, des décors, des costumes et des dialogues.

Dans ce film, nombreuses sont les scènes de dialogues (ne partez pas, il y a aussi des scènes d’actions!).
C’est qu’on parle beaucoup à Evasoleil. Les jeunes en assemblée, la direction en réunion, les animateurs qui font des points au bout de la nuit. C’est une parole qui ne s’économise pas. On cherche des solutions, on réfléchit, on propose, on débat. Et dans ce texte, si bien interprété car non écrit, on écoute entre les mots ceux qui cherchent leur place dans le groupe, qui veulent rester en retrait, ceux qui veulent s’imposer… Cette parole que la nuit n’arrête pas. Les animateurs, l’équipe de direction, font preuve d’un engagement terrible. Et ils font pourtant partie de cette génération qu’on décrit individualiste.
Et c’est tous ces efforts, que je salue ici, qui font vivre cette utopie bancale créée par Laure et Sylvain. Eux qui ont ouvert ce portail sur ce lieu où des jeunes créent une société, le temps d’un été.

 

Comment se procurer le film ?

Le film est commandable dès aujourd’hui. Vous le recevrez avant le 20 novembre 2018 chez vous.
Une projection est programmée lors de notre assemblée générale, le 8 décembre.

Il y a 2 façons de se procurer le DVD pour les non-membres d’Evasoleil : 

  • Régler 12€ en ligne en envoyant en parallèle un mail à info@evasoleil.com en indiquant votre nom et une adresse postale de livraison
  • Adhérer à Evasoleil en réglant 12€ en ligne et en envoyant en parallèle un mail à info@evasoleil.com en nous informant de votre volonté d’adhérer à l’association, et de bénéficier de l’envoi du DVD, gratuit pour les adhérents. Votre mail doit contenir votre nom et votre adresse postale.

Pour les adhérents de l’association :

Une simple demande par mail vous permettra de recevoir le DVD, avant le 20 novembre.

Pour aller plus loin