Protection des Enfants face à internet et aux médias

 

Caractères violents, pornographiques, perte du contrôle de sa vie privée, de son idéologie, suicides, cyber-harcèlement, mineurs djihadistes… : La télé et internet sans limite !

 

Faut-il fermer les yeux devant la télé ?

Entre autres, voici ce que dénoncent la COFRADE et l’Association « Enfance Télé Danger ? » (lu dans le rapport COFRADE 2015) :

  • Des programmes familiaux de plus en plus rares au profit de nombreux programmes inadaptés et dont la promotion sous forme de bandes-annonces se fait toute la journée sous les yeux des enfants,
  • une omniprésence d’images dégradantes de la femme dans les clips vidéos,
  • des cadavres d’enfants aux JT,
  • des violences de plus en plus nombreuses dans les films avec une baisse importante de films « signalisés » (interdictions aux moins de … ans),
  • des enfants ciblés et instrumentalisés par les publicitaires,
  • la violence et la pornographie dans les jeux vidéos (également dénoncé par le Comité des droits de l’enfant),
  • la défaillance face au développement d’internet et du téléphone en termes d’addiction
  • des chaînes pas soumises au CSA…

Internet, pas toujours une chance…

De nombreuses recommandations sont faites dans ce même rapport par différentes associations qui se félicitent parfois de victoires concrétisées par des lois entrées en vigueur, mais dénoncent presque systématiquement leur insuffisance, leur non-respect, leur manque de suivi, manque de « cyber-patrouilleurs* », ou même parfois l’inexistence de pénalisations pour ceux qui ne respectent pas ces lois…

Ce rapport évoque également les dangers des réseaux sociaux et la mise en réseau d’informations : Informations accessibles sur de très jeunes enfants, leurs habitudes, leur entourage pouvant les mettre en danger, mais également les difficultés à contrôler certaines situations pouvant mener à « des suicides suite à un cyber harcèlement ou encore l’engagement dans des «sectes» avec les conséquences connues ».

Le site internet du gouvernement affirme que « Le web est le lieu de diffusion d’un grand nombre de discours et contenus extrémistes. Ce constat ne constitue pourtant pas un élément suffisant pour expliquer le phénomène de radicalisation djihadiste. (…) En mettant en avant des personnalités charismatiques aux discours simplistes ou conspirationnistes, internet peut ainsi favoriser la radicalisation de ces personnes vulnérables qui sont en quête de sens ou très sensibles à certaines questions politiques ou sociales.  ».
L’UNESCO y voit cependant une piste dans son combat contre la radicalisation et l’extrémisme créant des conférences ayant pour but de « partager des expériences sur des interventions concrètes, des projets et des processus visant à limiter l’utilisation de l’Internet comme outil pour inciter à l’extrémisme et au radicalisme des jeunes. »

*Définition de la cyber violence : La cyber-violence se définit comme un acte agressif, intentionnel, perpétré par un individu ou un groupe aux moyens de médias numériques (Internet, ordinateur ou téléphone portable) envers une ou plusieurs victimes. L’indicateur de cyber-violence est la synthèse des réponses données aux questions sur les insultes et l’humiliation faites par Internet ou SMS (Guide de prévention de cyber-violence entre élèves, ministère de l’Éducation)

Alors faut-il priver les enfants des médias ?

Le COFRADE, comme Enfance-Télé : Danger ?, recommandent entre autres  « une éducation aux médias pour tous les enfants, professeurs et parents, valorisant l’esprit critique, l’éducation au choix, à la responsabilité et en s’appuyant sur le service public de télévision pour éduquer à la citoyenneté et aux médias. » ainsi qu’ « une formation des acteurs sociaux des départements, des enseignants et des parents. ». Le Comité des Droits de l’Enfant recommande à la France de « prendre des mesures pour protéger les enfants contre les informations nocives, diffusées notamment sous forme électronique ou audiovisuelle. Il recommande en outre à l’État partie de prendre des mesures efficaces pour contrôler l’accès aux médias écrits, électroniques ou audiovisuels, ainsi qu’aux jeux vidéo et aux jeux sur Internet qui sont préjudiciables pour les enfants ».

Pour aller plus loin…

Le site Internet d’Enfance Télé Danger ?
1 collégien sur 5 concerné par la cyberviolence
Études de association « Génération Numérique » Les 11-18 ans et les contenus choquants sur Internet et les 11/18 ans et les réseaux sociaux
Site d’éducation au numérique pour tous : Educnum