La maltraitance

 

Les négligences et les violences physiques, psychologiques et sexuelles sont répandues. Elles sont la cause de mortalités, de dépressions, d’obésité, de suicides, de comportements à risque, de crises cardiaque…

 

L’OMS retient 4 types de maltraitance

(vu dans Guide sur la prévention de la maltraitance des enfants)

 1/ la violence physique : Les actions qui humilient, font mal, tuent ou empêchent de grandir.

2/ la violence psychologique : Les paroles ou contraintes qui humilient, donnent une mauvaise image de soi, font peur ou excluent.

3/ la violence sexuelle : la participation d’enfants à des activités sexuelles qu’ils ne comprennent pas, pour lesquelles ils ne sont pas prêts ou qui sont contraires à la loi et aux mœurs.

4/ la négligence : non réponse aux besoins d’un enfant (santé, éducation, développement affectif, nutrition, foyer et condition de vie en sécurité) alors que c’est possible.

Quelques chiffres

En France, 94.4% des auteurs présumés de maltraitance sont des membres de la famille proche (1).
L’UNICEF a constaté une hausse de 10% des enfants en danger en 10 ans. Parmi eux, 19 000 sont victimes de maltraitance et 79 000 se trouvent dans des situations à risque.
De plus, 450 000 enfants par an sont aidés par les services de l’aide sociale à l’enfance (enfants protégés ou en risque de danger, aide financière aux parents).

Des conséquences lourdes

« Une étude a constaté qu’il existe un lien marqué entre le nombre d’expériences négatives (dont la violence physique et sexuelle dans l’enfance) et le tabagisme, l’obésité, l’inactivité, l’alcoolisme, la toxicomanie, la dépression, les tentatives de suicide, la promiscuité sexuelle et les maladies sexuellement transmissibles par la suite, signalés par les intéressés.
Par ailleurs, les personnes qui ont indiqué le plus d’expériences négatives durant l’enfance étaient les plus susceptibles de manifester des comportements à risque, qui, selon l’étude, faisaient office de systèmes de défense.
De même, plus les expériences vécues dans l’enfance étaient négatives, plus la personne était susceptible d’avoir une crise cardiaque, un cancer, une congestion cérébrale, du diabète, des fractures osseuses, des problèmes hépatiques et une mauvaise santé à l’âge adulte. »
(Source : Felitti VJ et al. relationship of childhood abuse and household dysfunction to many of the leading causes of death in adults: the adverse Relationship of childhood abuse and household dysfunction to many of the leading causes of death in adults: the Adverse Childhood Experiences (ACE) study. American Journal of Preventive Medicine, 1998,14:245–258 )

Des alarmes qui ne cessent de sonner…

Le COFRADE qui dénonce « Des privations portant sur la nourriture, des coups forts, réguliers, sans motifs, parfois sous l’emprise de l’alcool ou drogue, perpétrés sur des mineurs, touchent tous les milieux sociaux. » (2), l’UNICEF, l’Observatoire des violences ordinaires (OVEO), le Comité des Droits de l’Enfant, Humanium et bien d’autres associations luttent au quotidien et ne cessent de faire des recommandations à la France…

La maltraitance a été une pratique courante dans beaucoup de sociétés.
En France, le projet de loi pour interdire la fessée (3) n’a toujours pas abouti ayant été refusé par le conseil constitutionnel, visiblement pour vice de forme (4) et (5).
Le « Droit de correction » est donc toujours d’actualité… « Mes parents ont-ils le droit de me gifler ? Oui. »

Le 119 : Service National d’Accueil Téléphonique de l’Enfance en Danger

Le 119 est un NUMÉRO DÉDIÉ à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l’être. Enfants, adolescents, adultes confrontés ou préoccupés par une situation d’enfant en danger peuvent contacter ce numéro d’urgence. L’appel est gratuit et confidentiel. Il n’apparaît pas sur les relevés téléphoniques détaillés.

À savoir : Toute personne qui s’abstient d’agir alors qu’elle a connaissance d’une situation d’un enfant en danger peut être punie de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende (6)

Pour aller plus loin…

Guide sur la prévention de la maltraitance des enfants par l’OMS
INSPIRE : Sept stratégies pour mettre fin à la violence à l’encontre des enfants, par l’OMS
Rapport de l’UNICEF des enfants du monde « Cachée sous nous yeux »
Le livret « Le 119 au service des Droits de l’Enfant »