Le CEE est-il vraiment l’ennemi de l’animateur ?

 

David Dumont est un animateur professionnel, diplômé d’un BPJEPS LTP. 
C’est le 5 juin 2018 que nous interceptons le texte qui suit, sur un groupe facebook d’animateurs bien connu : Réseau Animation. Nous lui avons proposé de le publier ici, pour plus de visibilité. Ses propos, que nous trouvons intéressants pour ouvrir la discussion, n’engagent que lui. Evasoleil lui propose une tribune pour permettre le débat et l’échange sur le sujet du Contrat d’Engagement Educatif (CEE) qui sont les contrats majoritaires pour les colos, mais pas que…
La parole est à David… Les commentaires en fin d’article sont possibles.


Je suis le genre d’anim qui écrit des pièces de théâtre, des scenarios de grands jeux, des livres pour maternels. J’enseigne l’informatique aussi, avec mes méthodes et ma pédagogie. Passionné par ce métier, je lui offre mon temps et mes tripes. Aujourd’hui au chômage, on ne me propose plus que des CEE ou du bénévolat.

Comme je suis voyant, Medium, marabout. J’ai eu une vision du futur. Sur un sujet qu’on aborde que trop rarement : Le CEE ! Oui, mais le CEE étendu à d’autres professions.

Au vu de l’actualité récente et des choix du gouvernement, je sens bien le coup du bénévolat en milieu hospitalier par exemple pour étendre le concept du CEE (peut être appelé CES : Contrats d’Engagement Santé).
On embauchera des aides-soignants, infirmières, chirurgiens en CES et on dira oui, mais pas le choix … On n’a pas les moyens pour ces ” pauv gamins “. C’est un engagement social ! Il faut défendre le volontariat !
En fait ce contrat sera inventé par l’Union des Pourvoyeurs de Contrat d’Asservissement dans le milieu de la santé. (UPCA MS) Ahh ils sont dans l’éduc santé, dans le social, avec de vrais engagements (de brasser du pognon). Ils ont des assos dans toute la France et militent pour le volontariat comme une vraie valeur et une passion.
C’est d’ailleurs eux qui forment sur les diplômes : le fameux BPJEPS Santé (formation payée par l’Etat évidement).

Et un jour sur facebook, sur un groupe nommé « Réseau Santé » … Des infirmières créeront des sujets à propos du CES. Ce contrat précaire qui ne fait pas l’unanimité.
Les admins du groupe diront à tout le monde : “Mais le CES c’est du volontariat bordel !!! choisissez des CDD ! bande de branleurs”
Les infirmières répondront : “Mais il n’y a quasiment plus de CDD, le choix n’existe plus !!! “
Alors ces admins tentant de justifier la pauvreté dans le secteur médical annonceront : ” Le CES est obligatoire pour les petits hôpitaux et centre de soins qui n’ont pas les moyens … A ce propos : J’ai fait un fichier Excel te prouvant que c’est normal que tu bosses quasiment gratuitement …
Puis ajouterons ” Les CES c’est pas un travail c’est un engagement “.

Et tout ce petit monde conclura, avec nostalgie, en disant :

” MAIS AVANT, ON AVAIT TOUS DU BOULOT PRO POURTANT …”

Ahh il y aura toujours un petit malin pour rappeler qu’à une certaine époque les centres médicaux ont été créés à des fins sociales, que des gens se sont battus pour envoyer des enfants à l’hôpital (lol), et qu’il ne faut pas professionnaliser le secteur, que c’est une passion, que le monde a besoin de bénévoles, … qu’il faut savoir donner de son temps pour les autres … bla bla …

Et là, un certain anim pro et diplômé, mais au chômage et qui en a ras-le-cul (appelons-le David) répondra : « Mais ferme ta grande gueule, tu touches 8000 euros par mois ! Et tu passes ton temps à casser les coui**** sur le réseau … » Oups pardon je m’égare 🙂

AINSI SUR CE MERVEILLEUX GROUPE NOUS VERRONS DES ANNONCES :

Groupe Bayers / Monsento Recrute équipe de choc avec bac+8, permis ambulance serait un plus, contrat en CES. Végétarien non admis

Ou encore :

EDF et son CE : Recrute infirmières et médecins chirurgiens (H/F) bénévoles en CES payés 15 euros par jour pour venir bosser dans nos centres de soins cet été. Et il nous faut une trentaine de stagiaires aussi, non rémunérés.
Plutôt des femmes … pour le quota !

« Ohhh !!! Annonce discriminante » Dira un modérateur ! (Eh oui il n’y a que ça de choquant dans cette offre ” d’emploi ” apparemment …)
Puis un jour, un parent dira : « Attendez on ne va pas confier nos enfants à des non-professionnels ! »
« Mais si ! » répondra le Docteur Dukan directeur de TelliGros (des centaines de centres médicaux dans des châteaux ou en bord de mer) ” ils sont supers compétant, certain sont diplômés et bossent 12 heures par jour “
« Mais alors puisqu’ils sont compétents, pourquoi on ne les paie pas réellement ? »
Dr Dukan, agacé, leur dira : « Y’en a marre de ces sujets sur le CES !!! On en voit tous les jours ! »

Heureusement … Ceci n’est qu’une fiction, un délire macabre d’un esprit torturé !

Jamais un secteur professionnel en rapport avec un public sensible ne serait à la merci du volontariat

Et si c’était le cas, des admins de groupes Facebook luteraient contre la précarité ! Non ? 😀

Que faire ?

Cette chronique ne critique pas que le problème du CEE mais met en évidence l’exploitation de l’humain dans sa globalité et que ce fléau soit vu comme une fatalité, soit défendu par l’aveuglement de gens qui eux sont dans une bonne situation.

Alors après ce texte « humoristique », j’aimerais proposer quelques idées pour revaloriser le métier et le rendre moins précaire.

Qu’on monte un groupe/asso qui ferait pression sur les organismes de formation pour qu’ils informent CORRECTEMENT sur le CEE. Dans mon cas Ni au BAFA ni en BPJEPS on a réellement parlé du CEE. Pourquoi les organismes de formation BAFA ne parlent pas trop du CEE ? Parce qu’elles l’exploitent tout simplement. Pourquoi les organismes de formation BPJEPS n’en parlent pas ? Parce qu’elles nous disent qu’avec un BPJEPS, on va trouver du boulot PRO et qu’elles ont évidemment aussi ce discours avec ceux qui les financent !
Donc il faudrait aussi que les régions aient une meilleure vue sur l’état actuel du marché du travail. Afin qu’ils ne financent plus autant cette hémorragie de diplômés au chômage.

Informer les employeurs que le CEE n’est pas l’unique solution.
Ça peut paraître con mais j’ai ouvert un emploi pour cet été en CDD plutôt qu’en CEE pour un directeur de colo parce que l’employeur/organisateur pensait que le CEE, c’était LE contrat applicable en colo. Genre pas le choix.
Après discussion, le plus a payé pour un contrat classique lui est profitable dans le sens ou il peut fidéliser le poste et prendre un anim qui à déjà de l’expérience dans son centre de vacances et qui est en CDD le reste de l’année.

Faire de la promotion auprès des communes, des élus et du public pour montrer l’intérêt d’avoir de l’educ pop dans les écoles, avec des anims qui transforment un lieu d’éducation en un lieu de vie où les enfants passent du bon temps, de l’aide au devoir, et évidement l’intérêt dans les secteurs défavorisés.
Et pourquoi pas des anims dans les classes?

ET PLUS PROCHE DE NOUS, SUR RESEAU ANIMATION ET FACILE A FAIRE :

Arrêter de dire que si tu veux un boulot pro, il te faut un diplôme PRO à des gens qui ont déjà un BPJEPS et arrêtez de dire ” mais trouve-toi un CDD ” alors que la plupart des pros au chômage n’ont pas attendu votre idée de génie !

Arrêtez de parler si maladroitement du volontariat utopiste alors qu’on sait tous que la moitié des assos n’ont rien d’educ pop.

Informer sur la réalité du monde du travail sans aveuglement et fausse positivité. Le chômage touche tous les secteurs. Et s’il y en a de plus en plus chez nous, c’est aussi parce que le CEE grappille sur les contrats pros.

Pourquoi ne pas demander à chaque offre d’emploi d’une entreprise pourquoi ils prennent en CEE ?

DANS UN SECOND TEMPS, RENCONTRER LE GOUVERNEMENT POUR :

Entreprendre de rendre leurs places aux diplômés. Des BAFA qui travaillent à l’année et des BPJEPS au chômage n’est pas pertinent.

Empêcher les entreprises à utiliser le volontariat, à créer des assos qui font du travail dissimulé.

Dans le même temps, se demander si c’est bien que les mairies et com-com aient de plus en plus recours au CEE pendant les vacances. Ça veut dire que ce n’est plus le même personnel entre le péri et l’extra-scolaire. Et que dans les deux cas, c’est précaire.

En fait il faudrait arrêter avec le CEE et créer un vrai contrat d’educ pop volontaire. Il faudrait une autorisation de l’utilisation du volontariat et pas que ce soit LE contrat ultime pour tous dans le marché de l’animation. Aujourd’hui une entreprise qui veut envoyer les enfants de ses salariés en vacances n’a aucune raison de faire autrement qu’avec du volontariat à bas coût. Sans valeur, sans educ pop, sans engagement éducatif, juste des vacances avec un produit commercial. Puisque ça existe, autant pas se priver. Pourtant eux ne bossent pas en volontariat.

Et évidement, tout faire pour revaloriser l’animation professionnelle avec de vrais contrats viables !

 

AUJOURD’HUI LE CEE EST UN « BUINESS MODEL » ET DE PLUS EN PLUS LOIN DE L’ENGAGEMENT EDUCATIF.

Articles connexes

Publié le 6 juin 2018 Par David Dumont
Inscription Newsletter
Je m'abonne pour recevoir un mail quand un article est publié

5 réflexions au sujet de « Le CEE est-il vraiment l’ennemi de l’animateur ? »

  1. Je cite”Avant on avait tous du boulo pro” Je ne comprends pas . Le CEE est essentiellement dédié aux ACM.
    Quel rapport de cause à effet entre la diminution des postes pro et l’utilisation des CEE.
    Trop de BPJEPS et peu de débouchés cela semble évident. La faute à qui ??? La gestion de la formation en France qui
    est super lucrative pour les organismes qui ne se soucient guère du devenir de ceux qu’ils forment.
    Oui les animateurs ont leur place à l’école et dans le champ de l’éducation et s’ils ne sont pas plus présent et bien ce n’est pas la faute du CEE.
    Les mairies en effet ont de plus en plus recours au CEE qu’elles valorisent autrement que les associations. Je parle de niveau d’indemnisation.
    La question n’est pas de le remettre en cause ( les charge patronales sont moindres et encouragent donc l’embauche)
    S’il y a une chose à revoir c’est le 2.2 fois le SMIC horaire quotidien. Ça oui c’est scandaleux.
    Enfin le drapeau de l’ Educ Pop brandi à toute les sauces c’est un peu fatigant.
    Pour finir une question: Quelles seraient les conditions de l’utilisation du volontariat. Qui les définit.
    J’ai bien ma petite idée. Si on parle de volontariat n’est ce pas le travailleur lui même qui décide???
    Alors il y a beaucoup de choses dans cet article …je retiens une colère diffuse. Pas sur que le CEE en soit la cause.
    La société marchande le capitalisme qui n’ont d’intérêts que pour le rentable ça oui. Je me demande à quoi cela ressemblerait s’il y avait des colos de CE avec des anims grassement payés en CDD et d’autres ( tu les appelles éduc pop avec droit à l’utilisation du volontariat)) avec des anims en CEE payés à coup de lance pierre.
    D’un coté des volontaires ( les vrais) c’est à dire une petite poignée. De l’autre la foire d’empoigne pour chopper le plan bien rémunéré.
    En conclusion un CEE oui mais revalorisé et l’interdiction d’usé de ce contrat pour les entreprises qui capitalisent.

  2. De bonnes idées tout ça, il faut remettre le CEE à sa place, dans l’associatif occasionnelle et sinon je pense aussi qu’il faut durcir les contrôles et les denoncements, Il y a des associations qui embauchent en CEE pour des classes de découvertes.
    Cependant il est important de garder le CEE dans l’occasionnel (vacances) car il permet à des personnes de découvrir le monde de l’animation, à des personnes de s’engager contre indemnisation sur leurs congés payés, et à des structures de proposer des séjours à tarif accessible à tous.
    Pour ce qui est du côté professionnel, je pense que notre secteur ne fais pas exception, il faut être mobile, après 1 ans de CDD saisonnier (classe de découverte ) et bénévolat + recherche ardu de poste, j’ai finalement trouvé un poste (emploi d’avenir) à 35h SMIC mais j’ai du déménager à 3h de route. Cependant cela me permet une nouvelle formation et un espoir de pérennisation de poste.
    Il est vrai que le BPJEPS est surfinancer par rapport aux nombre de postes disponibles avec les compétences qui vont avec, cela aussi n’est pas nouveau et ne touche pas que notre secteur car le temps que les personnes soient formées à la demande du marché, ce marché c’est déjà adapté et a changé voir embauché des personnes avec un niveau et compétences inférieur à ce qu’elles souhaitaient. Sur ce point là je pense qu’il faudrait promouvoir à fond l’emploi formation pour évité aux personnes devant se formé aujourd’hui hors emploi de se retrouver sans postes.
    En tout cas merci pour cet article et témoignage.
    Bonne route à tous et toutes

  3. Bonjour,
    Il s’agit d’un très bon article. Bien écrit et drôle, il interroge également nos pratiques de modération :).

    Je viens ajouter ici un contre point de vue qui n’enlève rien à la justesse de ce qui a été écrit par David mais qui invite plutôt à travailler ensemble sur une solution commune: Qui permet le volontariat et qui protège les professionnels.

    Voici le point de vue partagé sur Réseau Animation:

    “Est-ce qu’on peut faire la fiction inverse ? Avec voisin qui s’étouffe sur le sol et à qui, quand il demande de l’aide, l’on répond « C’est combien ? »

    L’engagement en faveur du volontariat ce n’est pas un engagement pour la précarité mais contre la disparition de secteur non lucratif. Je pense que c’est important Qu’il existe des lieux où l’engagement n’est pas récompensé financièrement.

    Le problème du CEE est un faux problème.

    Le vrai problème c’est que des gens ne puissent pas vivre ou étudier sans travail.

    Que des entreprises se servent de cette contrainte pour exploiter les gens.

    Vous voulez que l’animation soit un travail dans son ensemble ? Mais la nature même du travail salarié est l’exploitation par quelqu’un d’autre.

    D’où l’intérêt d’avoir des espaces de liberté :)”

  4. Merci de m’avoir lu ( deux fois pour certains 🙂 )

    J’apporte une petite précisions, car mon texte est incomplet sur ce que je pense réellement, mais il est déjà tellement long à lire … :p
    A la base c’était un texte humoristique qui s’est un peu enflammé.

    Je ne suis pas contre le volontariat, j’en fais. Je fais même du bénévolat. Je ne critique donc pas le CEE dans le fond mais dans la forme. Parceque si il à été conçu pour permettre d’avoir un cadre juridique sur le volontariat il est aussi une porte ouverte immense au travail dissimulé puisque il est accessible aux entreprises milliardaires. Ce n’était pas réellement un problème avant que ce même contrat viennent remplacer des contrats pro classique.

    La plupart des gens qui bossent dans l’animation avec un CDI ou des CDD renouvelés dans une même structure n’ont qu’une vision étriqué du marché de l’emploi et de l’abus du volontariat puisqu’ils ne recherchent pas de boulot. Moi qui cherche constamment des missions et qui administre un groupe facebook dédié à l’emploi dans l’animation ( le plus peuplé je pense ) j’ai peut-être une analyse plus précise du terrain.

    Et le terrain ( l’offre globale d’emploi dans l’animation ) qui est déjà miné par notre nouveau gouvernement ( suppression de certaines subventions, taxe d’habitation, changement des contrats aidé, … ) tente de plus en plus les assos, mairies, comcom, à avoir recourt au volontariat à la place d’un poste professionnel. Donc le secteur change et le CEE grappille des places CDD. C’était pourtant pas le but !

    Et dans un second temps, les entreprises ( même des banques qui engrange des milliards d’euro ) utilise le volontariat pour baisser leur charge salariale.
    J’avais cité quelques exemples sur réseau Animation que j’ai vue de mes propres yeux : Un centre équestre qui, pour payer son entretient, ouvre une assos l’été pour faire colo avec du CEE. Les bénéfices payant le matériel et les locaux. On est sur un modèle économique et non sur un engagement éducatif.
    Un autre exemple : une banque qui a un centre de vacances pour ses salariés ( des banquiers en majorité ) qui a un budget énorme pour les sorties, les voyages ( en Italie cette année ), la bouffe et l’alcool … utilise le CEE l’ été . Ça choque personne qu’on demande à des anims de bosser en volontariat pour des gens plutôt aisés ? C’est du travail dissimulé. Mais comme c’est de l’animation c’est légal parce que le CEE autorise qu’on bosse pour un tiers du smic pour des entreprises. A l’année c’est pro … mais l’été et quelques autre vacances c’est des volontaires, et tout ça pour une même entreprise, un même lieu ! On est loin des valeurs d’Eva soleil non ?
    Et dernier exemple : une mairie qui emploi des CDD/CDI à l’année et qui maintenant l’été embauche des CEE et me dit ” on a plus les moyens de payer, c’est pour réduire la charge salariale “. Le CEE est donc la pour faire faire des économies aux mairies, et c’est aux animateurs de porter le poids de la réduction des budget des communes. Ce n’est pas les autres services, non ! C’est les animateurs qui seront payé sous le smic.

    C’est déjà arrivé pour des secteurs comme le bâtiment, avec des immigrés, de les faire bosser pour quasiment rien, 30 balle par jour. Ces entreprises ont eu des ennuis avec la justice.

    L’animation pro va laisser la place à de plus en plus d’abus sur le volontariat puisque c’est légale à cause du CEE. C’est pour ça que je pense que si une structure à besoin de volontaire elle devrait en faire une demande et c’est elle qui devrait se justifier. Le CEE autorisant tout les filou à embaucher sous le smic, il n’y a rien qui freinera son abus.

    Hier une annonce sur facebook : ” Urgent, recherche stagiaire pour juillet ” et quand je demande la raison de l’urgence, on me répond qu’il y a un surplus d’effectif. Moi ça me choque 🙂

  5. Bravo David pour ce coup de gueule.
    Rejoins nous dans cette lutte pour faire reconnaître les métiers de l’animation.
    Parce que derrière le CES c’est de ça dont on parle. L’animation est un vrai métier !!!
    Tu trouveras sur ces hashtag nos actions ces dernières années #Anim1metier ou encore #AnnivEducPop

    Pour nous le problème est avant tout politique. Si l’Educ Pop relève de l’intérêt général, les pouvoirs publics doivent sécuriser juridiquement le secteur pour le protéger de la concurrence avec le secteur privé marchand. Et il faut des moyens et une ambition politique. C’est ce que nous proposons dans un projet de loi cadre sur l’Éducation Populaire. NOui attendons un rdv avec le ministre. Nos militants prennent des rdv avec les députés pour qu’ils portent ce projet de loi. Vous le trouverez ici: https://sep-unsa-education.org/loicadreeducpop-leducation-populaire-une-priorite-en-5-axes-majeurs/
    N’hésitez pas à solliciter vos députés de circonscription !
    Seule l’action collective est efficace!
    A bientôt
    Patrice Weisheimer
    Du Syndicat de l’Éducation Populaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *