Le rapport au cheval dans la construction de l’enfant

 

Le cheval est parmi les premiers animaux que l’homme a domestiqués (-5000 ans), après le loup. On retrouve des représentations du cheval par les homo sapiens datant de 30000 à 35000 ans, dans des grottes comme celle de Pech-Merle, en France.  Animal légendaire, utile, ami de l’homme, c’est tout naturellement que le cheval tient une place importante dans l’éducation des enfants dans notre société, comme relais éducatif et culturel, presqu’intuitif, d’une génération à l’autre. L’enfant se construit à ses côtés, jamais très loin, parfois directement avec lui.

Le cheval depuis des siècles

L’enfant, le « petit d’homme », grandit depuis des siècles au côté du cheval. Des légendes aux histoires anciennes et modernes, le cheval est un compagnon éducatif très présent dans l’enfance.

Des légendes aux histoires pour enfants

pegaseIssus pour la plupart de la mythologie grecque, les chevaux mythiques et légendaires comme Arion, Céleris, Centaure, Hippalectryon, Nessos, ou Pégase (qui est devenu aussi une constellation) ont rejoint très largement les contes et histoires pour enfants depuis.

En effet, Disney créé « Fantasia » dès 1940 puis « Hercule » en 1997 mais les enfances des dernières générations ont été bercées par « La petite licorne » pour les filles, « les chevaliers du zodiac » pour les garçons et les sombrals d’Harry Potter. Le cheval ailé, la licorne ou le poney est présent dans beaucoup d’histoires pour enfants, et dans la plupart des coffres à jouets.

De la même façon, nous avons vu le western, réservé aux adultes, se répandre dans les chambres d’enfants sous forme de petits cowboys, indiens et leurs montures. En créant Lucky Luke et Jolly Jumper en 1947, Morris (son créateur) en a même fait une série de bande dessinées et de dessins animés culte de la fin du XXème siècle.

L’enfant grandit avec les chevaux

mon-petit-poney-57216_w1000Il serait difficile de lister les jouets répandus des enfants qui sont liés au monde équestre, tellement il y en a… Citons par exemple le cheval à bascule, le cheval à chevaucher, le carrousel, les petits poneys, les chevaux Playmobil ou des petites fermes… C’est certainement lié au fait que le cheval est partout autour de nous et étroitement lié à notre culture : centres équestres, prés à chevaux, courses hippiques aujourd’hui ; fonctions agricoles et militaires jadis. L’histoire du cheval est liée à l’homme qui en a fait très tôt un animal utile et dressé à différentes tâches.

Malgré tout, et presque comme une exception à la règle, des races sauvages existent encore et sont protégées, jusqu’en France, en Camargue par exemple.

Il est donc tout naturel que les jeux et jouets autour du cheval ont de l’âge, et sonnent comme des jeux intergénérationnels (les petits chevaux, certainement l’un des jeux les plus proposés par les grands parents à leurs petits enfants).

Le cheval, un animal rassurant pour l’enfant

Le cheval,  à la fois doux et fort, empathique et puissant, permet à l’enfant une relation apaisante, rassurante et constructive.

La douceur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En 300 ans avant Jésus-Christ, Xenophon, philosophe grec, disciple de Socrate, écrivait : » Le cheval est un bon maître, non seulement pour le corps mais aussi pour l’esprit et pour le cœur ».

L’association « Cheval est sens » décrit sur son site son activité psychothérapie avec le cheval qui illustre parfaitement l’impact sensoriel de la relation avec le cheval en « rencontrant le cheval avec ses sens ». Le cheval est utilisé pour des thérapies depuis environ 40 ans.

Aujourd’hui et partout, les moniteurs d’équitation encouragent les câlins des enfants avec leurs poneys. Le brossage, et toilettage avec différentes brosses vont renforcer cette relation sensorielle, apaisante, rassurante et réciproque entre le poney et l’enfant, en créant un lien émotionnel sain entre le cheval et l’enfant qui le toilette.

Tous ces gestes paraissent comme innés dès le plus jeune âge, et même avant de monter sur un poney, auprès par exemple des « littlepony » ou de « Bella Sara », figurines vendues le plus souvent avec le peigne et la brosse. Isabelle Aubard, en reprenant les études de D.W.Winnicott, l’explique par le handling qui est « la façon adéquate qu’à une mère de soigner et de manipuler corporellement son enfant. C’est un apprentissage qui se déroule tout au long de l’enfance au travers la toilette, l’habillage… » Ce qui expliquerait en partie pourquoi ce sport est plus majoritairement féminin.

« C’est un animal perméable et réceptif aux émotions, affects, projections et transferts. Il utilise tous ses canaux sensoriels pour communiquer et réagir en être sociable. » Karine Martin, Mémoire FENTAC  » Schizophrénie et thérapie avec le cheval, un travail autour du narcissisme » (​source).

Les sens sont tout aussi sollicités, permettant à l’enfant d’entrer dans une relation sensorielle et réciproque. Isabelle Aubard, infirmière en psychiatrie, écrit dans un article intitulé « Activité thérapeutique et cheval » qu’ « Entrer en communication avec le cheval mobilise tous nos sens. L’ouïe, la vue, l’odorat et le toucher vont permettre une communication réciproque ».

La force du cheval

Comment un animal de 150kg (pour le plus petit shetland) à plus de 1000kg (pour certains chevaux de trait) peut-il si facilement apaiser, rassurer ?
Le cheval est lourd, grand, impressionnant. Pourtant, il n’est pas rare que des jeunes enfants rassurent leurs parents par « Mais non, il est mignon ! », répondant « t’es sure ? Fais attention tout de même !».

Isabelle Aubard, infirmière en psychiatrie, écrit dans un article intitulé « Activité thérapeutique et cheval » que « L’équitation a été et est de plus en plus médiatisée, principalement autour de la possibilité qu’elle offre de canaliser l’agressivité et particulièrement à l’égard des enfants et adolescents. La masse et la force du corps du cheval procurent une fonction apaisante et rassurante. »

La taille et le poids du cheval, pour certains psychiatres s’associent au pouvoir d’omnipotence, ou de toute puissance, qui, combiné avec l’attitude relationnelle et douce du cheval, renvoie un sentiment de protection, de bien être.

Source 

Le cheval, un animal rêvé pour l’enfant

Il est fréquent que le cheval représente pour l’enfant, l’animal rêvé, celui qu’on veut avoir pour soi, ou à défaut, l’animal qui doit être présent dans le quotidien de l’enfant. Ressenti alors comme un besoin, la pratique de l’équitation est alors à la fois une activité rêvée, à la fois accessible le plus souvent.

Les enfants propriétaires de chevaux

Presque tous les enfants qui ont créé une relation avec un poney ou un cheval souhaitent un jour en avoir un… Certains ont la chance de réaliser ce rêve.
Il existe même des pensions partagées. Lorsque les conditions sont réunies, c’est souvent une relation quasi fusionnelle pour l’enfant ou l’adolescent et son poney.

Françoise Anstett écrit, à ce sujet, « Sommeil noir – demande à ton poney », qui raconte l’histoire de Lysie, dix ans, et triste pour qui le « Père Noël » lui offre un cadeau bien particulier : un splendide poney. Lysie, en plus de devenir cavalière, doit apprendre à se faire aimer de son poney et se fera conseiller.

L’équitation comme un rêve réalisé

La pratique de l’équitation dans un centre équestre parait être la solution la plus facile et sécurisante répondant parfaitement aux besoins des enfants passionnés. C’est souvent aussi une expérience où ils se rencontrent et où la pratique de l’équitation s’associe à une pratique collective, sociale et enrichissante.

51Avvwp5XGL._SX300_Parfois, c’est moins évident. L’enfant ne le demande pas, mais l’activité, si elle est initiée et bien reçue par lui, peut véritablement favoriser un meilleur développement si c’est un enfant qui a besoin de canaliser son énergie, de confiance en lui, de rigueur. C’est le cas souvent des enfants très énergiques qui s’adoucissent naturellement au contact d’un animal. C’est le cas bien sur aussi des thérapies.

Le rêve est alors à portée de main puisqu’il se pratique partout, souvent à la périphérie des villes et en zones rurales. Le contact avec l’animal est alors possible, et la pratique adaptée aux volontés de chacun : Le stage d’équitation, la colonie d’équitation, l’abonnement donnant droit à des séances, le cours collectif, la promenade, ou la simple visite d’un centre équestre (toujours gratuite) qui permettra de tester chez l’enfant sa sensibilité envers le cheval.

Pour conclure

L’enfant grandit dans une société où le cheval et très présent depuis très longtemps. Il a accès dès le plus jeune âge à divers outils pédagogiques liés au cheval. Les vertus éducatives et sensorielles du cheval étant réelles, il est donc naturel que beaucoup d’enfants et d’adolescents se rapprochent du monde équestre à un moment, souvent pour répondre à des besoins différents et complémentaires.