La baisse des départs en colo

Stats colonies de vacances
Statistiques des départs en colo 2015 réalisés par l’Unat

Le gouvernement a lancé la campagne «colos2015_fb_1200x900 Instant Colo » mettant en lumière les bienfaits des colos pour les enfants, aidant les parents à choisir un séjour et se voulant rassurant pour les familles. Une campagne pour contrer la diminution du nombre d’enfants accueillis en colonie de vacances sera-t-elle suffisante ?

Les élus et permanents d’Evasoleil s’interrogent sur les raisons de cette baisse de fréquentation et tentent d’anticiper les répercussions sur les organisateurs restants attachés à leurs valeurs et à la qualité de leurs séjours.

 

De la VALEUR FINANCIÈRE aux VALEURS ÉDUCATIVES : Mon enfant ne partira pas en colo cette année…

Le monde des colos n’est pas épargné par « la crise »

Pour les « classes moyennes », pour les familles qui ne reçoivent aucune aide de leur Comité d’Entreprise, CAF ou autre, une colonie de vacances n’est pas toujours accessible. Nous observons une demande croissante de paiements de plus en plus échelonnés ou parfois même des familles dont les enfants ne partent qu’une année sur deux.

D’autres bénéficient des aides de la CAF. Selon les départements, les aides sont plus ou moins conséquentes et injustes en fonction des territoires. De façon générale, les budgets alloués pour les aides aux vacances sont réduits et les conditions sont de plus en plus restrictives : les enfants ne peuvent pas choisir le séjour qu’ils souhaitent. Ces restrictions sont également valables dans les collectivités, notamment les conseils généraux qui réduisent les aides ponctuelles attribuées aux familles dans le besoin et aux enfants placés sous leur responsabilité.

Le caractère éducatif en voie de perdition ?

La colo, qui reposait historiquement sur le milieu associatif et éducatif, s’est aujourd’hui ouverte à un milieu commercial. Des entreprises avalent aujourd’hui des associations pour conquérir le « marché » des colos. Les colonies de vacances ne sont pas un marché et n’auraient pas dû devenir un business. Elles sont une chance pour nos enfants de s’enrichir de différentes valeurs défendues par l’éducation populaire. Dans le domaine de l’humain, il est difficile de marier qualité et quantité. Quand on sait que l’animation en colonie de vacances est souvent un « job d’été » pour deux ou trois ans, un organisme qui recrute 2000 animateurs par an et fait partir 15000 enfants en colonies de vacances ne peut être garant de la qualité de ses séjours.

Il en va de même avec la formation BAFA organisée à la chaîne par certains organismes obligés de recruter des formateurs sans grande qualification. Nous observons de plus en plus d’animateurs formés pour répondre à une demande claire de consommation d’activités au détriment de l’aspect éducatif. Un animateur doit apporter du sens à ses actions, au-delà du sourire d’un enfant amusé par ses vacances, une colonie doit lui permettre de grandir, d’apprendre…

Aspect éducatif et réflexion des équipes d’animation en voie de disparition; Appât du gain plus important que les valeurs; Choix de l’organisme orienté (et donc de son projet éducatif)… Les familles désertent les colos, la confiance se brise… « On trouvera d’autres alternatives pour les vacances de nos enfants. »

Les « vraies » colonies de vacances survivront-elles?

Les colonies de vacances et l’opinion générale

Notre domaine d’activité est politiquement rattaché aux sports plutôt qu’à l’éducation. Sommes-nous pris au sérieux ? L’action du ministère pour favoriser les départs en colonies de vacances, est-elle une réelle prise de conscience sur l’importance de la colo et notamment de son caractère éducatif ou s’arrête-t-elle à une campagne de communication ponctuelle ?

Le monde politique n’est pas le seul acteur qui puisse agir. Les organismes habilités à dispenser la formation BAFA doivent être garants du contenu de leurs formations : trop d’animateurs ne savent pas donner du sens à leurs activités. La formation BAFA ne peut être réduite à un catalogue de grands jeux et de chansons…
Les organisateurs ont aussi une responsabilité : celle de restaurer la confiance des parents en notre domaine d’activité fragilisée entre autre par des accidents rares surmédiatisés. Confier ses enfants n’est pas une démarche facile pour tout le monde, appréhensions et idées préconçues freinent parfois les familles. Nous nous devons de les comprendre et de les accompagner.

Les parents quant à eux restent les décideurs : la colonie de vacances ne doit pas être une simple surconsommation d’activités sans aucun objectif éducatif. Associatif ou commercial, chaque organisme est représenté par un projet éducatif que les parents doivent connaître. Il faut aussi se poser des questions : Qui se trouve (ou se cache parfois) derrière le nom de l’organisme auquel on confie ses enfants ? Quels sont ses valeurs? Comment les engagements des « chartes de qualité » sont-ils concrètement mises en place ? L’organisateur est-il garant de son séjour ou sous-traite-t-il la colo ? Comment concrètement en assure-t-il la qualité (surtout s’il fait partir plus de 10000 enfants simultanément) ?

Des parents en recherche d’une qualité éducative, des organismes qui forment mieux leurs animateurs, des organisateurs plus transparents pour les familles, et enfin une réelle prise de conscience politique, sont les clés de la survie des petits organismes luttant pour des « vraies » colos. Sans ces changements, non, nous ne survivrons pas.

Mais que fait Evasoleil pour changer l’opinion publique ?

Nos colonies de vacances sont totalement transparentes pour les familles : elles peuvent venir, communiquer, les équipes leur demandent conseil en cas de difficulté, les rapports des inspecteurs de jeunesse et sports sont sur notre site… De plus, nous proposons très peu de destinations. Les élus et permanents sont présents pendant toute la durée du séjour et pas uniquement en visite ponctuelle et programmée.

Evasoleil organise un maximum de 5 formations BAFA par an à des périodes différentes. Elles sont ainsi toutes encadrées principalement par des Elus et permanents. Elles portent avant tout sur l’aspect éducatif et visent précisément les 6 fonctions de l’animateur prévues par les textes. Elles incitent le stagiaire à se poser les bonnes questions et à se demander pourquoi il anime.

« L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde », une phrase de Nelson Mandela qui nous parle à Evasoleil : les enfants sont les protagonistes de demain, de notre avenir, alors pourquoi ne pas les rendre acteurs dès aujourd’hui ? La participation de l’enfant est la ligne phare de tous nos séjours, l’apprentissage à la citoyenneté par des actions concrètes qui les concernent, nous les voulons grandis sur ce sujet même s’il ne s’agit que d’une petite période de vacances, un éclair dans leur vie.

« La notion de plaisir n’est pas incompatible avec celle d’éduquer, arrêtons d’abêtir les colos, les enfants… »

L’avis sur la question du journal l’Humanité : Article de l’Humanité

Publié le 19 janvier 2016 Par Laure Riffard

4 réflexions au sujet de « La baisse des départs en colo »

  1. Merci pour ce compliment Nicolas.
    Nicolas est l’ex directeur de l’association Vitacolo, avec laquelle nous sommes partenaire depuis 4 ans.
    A l’époque, nous avions ensemble développé des “ponts” entre plusieurs petites associations, dont Wakanga par exemple, pour nous permettre à tous d’échanger des pratiques associatives, et progresser dans des domaines variés.
    Bon courage pour ta nouvelle activité (Nicolas va prochainement ouvrir un bar-jeu à Lyon, une autre forme d’éducation populaire)!

  2. Je suis Daniel, un ancien stagiaire a Évasoleil.
    Moi, qui ai fait mon stage théorique à Evasoleil, je retrouve le but de ce même stage dans cette article. Evasoleil, et notamment Sylvain, Laure et d’autres animateurs confirmés d’Evasoleil, nous ont appris à être non seulement animateurs mais aussi éducateurs. La dernière notion de cet article est, pour moi, la phrase avec laquelle chaque animateur formé à Evasoleil anime.
    J’en garde un excellent souvenir et je suis sûr que les enfants des colos aussi.

  3. Merci Daniel.
    Nos formations intègrent un projet d’ensemble qui vise un meilleur vivre ensemble, et une transformation de certaines réalités de l’enfance et de la jeunesse. Dans ta session, comme dans toutes celles que nous avons organisées, nous nous sommes efforcés à réveiller en chaque stagiaire des valeurs, des conceptions éducatives et une volonté d’en faire profiter les enfants.
    Et comme tu le dis, réfléchir à ce qu’on fait, où on va, se marie très bien avec l’humour, le plaisir et l’animation!
    Au plaisir de te retrouver dans nos équipes 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *